Faire face à la maladie grâce à la pratique du fitness

Portrait membre fitness Daphné

Atteinte d’un cancer du côlon, le fitness me fait « un monstre bien », tant sur le plan physique que sur le plan psychologique.

Daphné

Comment avez-vous entendu parler de Fun Body ? Qu’est-ce qui vous a convaincu ?

Je voulais faire du fitness dans un club proche de mon travail et de mon domicile (à Morges). J’ai cherché sur internet et en me rendant sur place j’ai été convaincue rapidement.

Depuis quand faites-vous du fitness ?

J’ai toujours fait du fitness en salle, j’en faisais déjà à Lima au Pérou, plutôt que de courir dans la rue en faisant du jogging. Même si je mesure la chance que j’ai de vivre dans un environnement aussi beau qu’est celui de la Suisse, je préfère le fitness en salle. De plus, en faire dans un club aussi beau que celui de Fun Body est un réel plaisir.

Quel est votre objectif fitness ?

Me muscler davantage suite aux confinements successifs pendant lesquels je n’ai pas pu avoir d’activité physique régulière mais aussi rattraper ma perte de musculature due aux effets secondaires des traitements que je dois suivre à l’année, en raison de mon cancer du côlon.

Passé la stupeur de l’annonce de la maladie, puis la peur, la colère et les 1000 questions que je me suis posée, j’ai décidé de me battre et de me faire du bien.

Quand je fais du fitness, je ne pense pas à la maladie, je ne vois que les kilocalories dépensées et les km parcourus ; je défie la machine et je vois jusqu’où je peux aller pour améliorer mon record de la dernière séance. Je m’autorise à penser performance.

La maladie est obsessionnelle, elle pénètre en vous et ne s’en va pas ; je ne peux pas l’oublier d’autant que je subis les effets secondaires de la forte toxicologie des traitements au quotidien.

Faire du fitness et de l’aquabiking, c’est m’offrir une fenêtre de répit entre mes séances de chimiothérapie toutes les deux semaines, d’autant que les médecins en encouragent la pratique, pour me maintenir en forme et continuer à avoir ce mental de battante.

Faire du fitness me libère l’esprit et me détoxifie l’organisme : c’est une bulle d’oxygène pur.

Quand préférez-vous venir au club de fitness ? Pourquoi ?

J’essaie de venir au moins trois fois par semaine plus le week-end, pour faire au moins une heure de cardio et si je peux, une séance d’aquabiking pour enchainer sur ma séance fitness. Je mets ma musique, je m’installe sur le circuit des machines EGYM et je commence ! Ça se joue entre la machine et moi, je n’ai rien à prouver à personne.

Que diriez-vous pour conclure ?

Qu’il faut vivre ses rêves avant qu’il ne soit trop tard.

Toute l’équipe de Fun Body remercie Daphné d’avoir accepté de se livrer, en confiance et en gardant sa liberté de ton.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *